Notre village

Nos co-fondatrices

Hakima Abbas

« Quand je ferme les yeux, je peux voir, goûter et sentir la chaleur de la libération dans la brise.  J’aspire à cultiver la terre, à danser avec l’océan et à être entouré par le rire des enfants. »

Le militantisme d’Hakima est né de son enfance. Elle ne se souvient pas d’une époque où elle n’a pas aspiré à la libération collective ou « tremblé d’indignation devant chaque injustice ». Au cours des deux dernières décennies, Hakima a consacré son travail au soutien et au renforcement des mouvements sociaux. Elle a été directrice générale de Fahamu, une organisation panafricaine de soutien aux mouvements et est actuellement co-directrice générale de l’AWID, une organisation mondiale de soutien aux mouvements féministes et d’adhésion.

Lire la suite

Elle est membre du collectif d’éducation populaire Jang! et a siégé au conseil d’administration de : Greenpeace Africa, la Fondation Rosa Luxemburg Eastern Africa, l’Alliance africaine des travailleurs du sexe, et le Centre pour la participation des citoyens à l’Union africaine. Elle a également joué un rôle consultatif auprès de plusieurs donateurs et d’initiatives multilatérales, notamment : UHAI – l’Initiative pour la santé et les droits sexuels en Afrique de l’Est, l’Alliance Heartland, la Fondation The Other, le Fonds d’affectation spéciale des Nations unies pour l’égalité entre les sexes, l’Initiative Spotlight des Nations unies et le groupe de travail de haut niveau des Nations unies sur le financement de l’égalité des sexes.  

Elle est l’auteur et la co-rédactrice de plusieurs articles et publications dont : Africa’s Long Road to Rights ; From Roots to Branches : the African Diaspora in the Union Government ; Aid and Reparations : Power in Development Discourse ; Queer African Reader ; People-led Transformation : African Futures ; et les volumes sur le panafricanisme et le féminisme de Feminist Africa.

Tynesha McHarris

« Avant la création du BFF, nous nous tenions debout sur les épaules de nos ancêtres et des mouvements qui nous ont précédés. Il y a eu un long héritage et une génération de personnes qui ne se sont pas seulement battues pour que nous soyons ici, mais qui ont aussi créé des cadres, des visions et des idées, afin que nous puissions réellement transformer le monde. »

Les racines philanthropiques de Tynesha remontent à ses débuts, lorsqu’elle dirigeait des programmes pour les jeunes. Elle a travaillé en étroite collaboration avec des jeunes ayant fait l’expérience de la criminalisation et de l’incarcération, ainsi qu’avec des survivants de la violence sexiste.

Lire la suite

Elle est diplômée de l’université Rutgers et a suivi une formation postuniversitaire dans le cadre du programme de formation des cadres pour les entreprises sociales de la Columbia Business School, ainsi que du programme de formation des cadres de la Fondation Robert Wood Johnson et du Centre for Creative Leadership. 

Tynesha était responsable de la conception du portefeuille de la fondation NoVo pour les filles de couleur aux États-Unis, un investissement de 90 millions de dollars, le premier du genre dans le secteur. Elle a siégé au conseil d’administration de Grantmakers for Girls of Colour, de Just Beginnings Collaborative et de Funders for Justice. Elle est également directrice de Black Harvest, un cabinet noir féministe de consultants qui travaille en partenariat avec des leaders de mouvements sociaux, des donateurs de richesse et des institutions philanthropiques pour soutenir le travail de promotion de la justice raciale, de l’égalité des sexes et de la jeunesse.

Amina Doherty

« En tant que féministe afro-caribéenne et défenseur des droits des femmes, mon travail est centré sur la sensibilisation à la justice sociale par la construction de mouvements, et des approches innovantes envers la philanthropie. En soutenant activement le travail transformationnel – des artistes, des rêveurs, des activistes et des organisations qui renforcent le changement social – je me concentre sur ce que je peux apporter à la construction d’un monde plus coloré, plus égalitaire et plus juste. »

À travers son travail, Amina Doherty a trouvé le flux naturel entre la créativité et l’activisme. En soutenant activement le travail de transformation des artistes, des rêveurs, des activistes et des organisations qui renforcent le changement social, Amina reste concentrée sur la construction d’un monde plus coloré, plus égalitaire et plus juste.

Lire la suite

Elle est titulaire d’une licence en sciences politiques et études féminines de l’Université McGill (avec distinction), et d’une maitrise en genre, développement et mondialisation de la London School of Economics (LSE). 

 Amina est conseillère aux Caraïbes pour Mama Cash et membre du conseil d’administration du Fonds mondial pour les femmes. Elle a géré le financement d’organisations de défense des droits des femmes au Sigrid Rausing Trust ; elle est membre fondateur et première directrice de FRIDA | The Young Feminist Fund, une organisation qui vise à renforcer la capacité des jeunes organisations féministes dans le monde entier, et elle a beaucoup travaillé avec des organisations de soutien au mouvement telles que : l’Association pour les droits des femmes dans le développement (AWID) ; Just Associates (JASS) ; et le Fonds de développement des femmes africaines (AWDF). Amina est actuellement directrice de programme pour le Caribbean Women’s Voice and Leadership Program au Fonds pour l’égalité. 

Elle est basée à Antigua-et-Barbuda, mais a vécu et travaillé au Nigeria, au Canada, en Jamaïque et au Royaume-Uni.

Notre équipe

Naeemah Davis (Chargée des opérations)

Tout a commencé par deux principes simples pour Naeemah : la joie et la famille. Sur la base de ces principes, elle a créé une petite entreprise et a travaillé avec des organisations telles que The Frontline et Black Harvest. En tant qu’entrepreneuse qui a eu du succès, ses expériences lui ont appris qu’avec l’accompagnement propice, nos femmes noires peuvent tout faire.  

Dans cette optique, son rôle de directrice des opérations au Black Feminist Fund lui permet d’utiliser ses plus de dix ans d’éducation et de gestion des affaires pour soutenir le modèle du Black Feminist Fund pour le secteur philanthropique : le financement solidaire des femmes noires dans toutes leurs diversités.

Timiebi Souza-Okpofabri (Coordinateur des Programmes et de l’octroi de Subventions)

Timiebi Souza-Okpofabri (elles/elle) est une chercheuse féministe queer, archiviste, écrivaine, artiste et DJ de Trinité-et-Tobago. Elles ont une licence en Études ethniques et un certificat en études des Droits de l’homme. Ces dernières années, elles ont travaillé en tant que chercheuses et consultantes, en se concentrant sur la remise en question de l’effacement des récits historiques de résistance par le biais de la recherche d’archives, de la narration d’histoires, de l’art et de l’éducation. Ils ont aussi de l’expérience dans les mouvements étudiants et la société civile, et ils sont cofondateurs de Batti Mamzelle, le premier collectif de DJs queer de Trinité-et-Tobago. En dehors du travail, ils aiment la randonnée et le plein air, faire de la musique et lire des histoires d’Afrique et de la Diaspora.

Jabulisile Tugwana (Responsable de la mobilisation des ressources)

Jabulisile Tugwana est une féministe noire basée dans la région rurale de Gauteng, en Afrique du Sud. Elle travaille sur les Droits Humains à l’intersection du genre et du VIH depuis quinze ans. Son parcours universitaire est en sciences sociales et elle a suivi une formation sur la pauvreté et l’inégalité à la London School of Economics en 2013. Avant cela, elle a été la plus jeune bénéficiaire de la bourse du MAC AIDS Fund à l’université Columbia de New York.  

L’activisme de Mme Tugwana comprend la construction de mouvements féministes nationaux et régionaux. Dans ses rôles de conseillère pour la construction de mouvements en Afrique chez SheDecides, elle a soutenu 11 mouvements pour défendre la pleine autonomie corporelle, y compris le plaisir et le consentement. En 2018, elle a coordonné une coalition panafricaine sur la santé et les droits sexuels et reproductifs (SRH-R) des minorités sexuelles et de genre dans 14 pays. Ses contributions à la réalisation de la justice sociale ont été reconnues par le Mail & Guardian à travers sa liste des 100 meilleurs jeunes. Elle a travaillé pour des organisations mondiales comme Amnesty International et le Fonds des Nations unies pour l’enfance. Elle occupe actuellement le poste de responsable de la mobilisation des ressources au Fonds Féministe Noir. 

 

Conseil de direction du mouvement

Sibongile Ndashe

En tant que fondatrice et directrice exécutive de l’Initiative for Strategic Litigation Africa (ISLA), Sibongile rend service à sa communauté en tant qu’avocate d’intérêt public depuis plus de vingt ans. Elle se concentre sur ce qui est important pour elle : plaider les questions de genre et de sexualité devant le système africain des droits humains, et soutenir les litiges devant les tribunaux nationaux. 

Sibongile a passé beaucoup de temps à concevoir des programmes de renforcement des capacités. Son objectif est de créer un groupe d’avocates féministes africaines capables de plaider sur les questions relatives aux droits des femmes. Ses compétences en matière de réseautage lui permettent de collaborer avec d’autres avocats qui offrent une représentation juridique de qualité aux personnes victimes de violations en raison de leur sexualité.

Gay McDougall

Gay apporte à son poste au Black Feminist Fund une expérience vaste et variée dans le domaine des droits humains. En tant que premier rapporteur spécial des Nations unies sur les questions relatives aux minorités et lauréate du prestigieux prix MacArthur « Genius », Gay a consacré sa carrière aux questions de race, de genre et de justice économique dans le contexte mondial.  

Elle est experte indépendante pour le Comité des Nations unies pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale et est actuellement chercheuse émérite en résidence au Leitner Center on International Law. En tant que rapporteur spécial sur la question des pratiques de viol systématique et d’esclavage sexuel pendant les conflits armés, elle a présenté une étude novatrice appelant à des normes juridiques internationales pour la poursuite de tels actes. Elle était l’un des cinq membres internationaux de la Commission électorale indépendante de l’Afrique du Sud, qui a organisé et administré avec succès les premières élections non raciales de ce pays. 

Sharlen Sezestre

Née et élevée en Martinique, Sharlen a développé dès son plus jeune âge une conscience politique des inégalités raciales et de genre. Depuis plus de 10 ans, elle s’oppose aux violences conjugales et aux discriminations sexistes au sein de l’Union des femmes de la Martinique et de Culture Egalité. Elle reste engagée dans la défense des droits sexuels et reproductifs de toutes les femmes et filles, et son militantisme l’a maintenue dans la lutte contre les violences policières au sein de collectifs de terrain en France. 

Sharlen est convaincue que le Forum sur l’égalité des générations ne peut être réalisé sans la participation à part entière des femmes les plus affectées, ni sans l’engagement concret des gouvernements en faveur de la santé et des droits sexuels et reproductifs et de l’égalité des sexes. 

Maie Panaga Babker

Maie a passé son temps à offrir aux femmes l’occasion de s’exprimer au-delà des limites de la société dans laquelle elles vivent, et à leur permettre de développer une imagination qui dépasse leurs réalités quotidiennes. Elle accompagne les femmes à explorer la façon dont elles s’expriment, (ou ne s’expriment pas), à différentes étapes de leur vie et à différentes époques politiques. 

Soudanaise installée au Caire, Maie est la cofondatrice et la corédactrice du collectif féministe Ikhtyar, basé au Caire. « Ikhtyar » qui signifie choix en arabe, vise à promouvoir et à éduquer la communauté sur l’égalité des sexes et des sexualités. Depuis 2014, Maie se consacre à la production de connaissances féministes en arabe, couvrant les domaines suivants : féminisme, sexualité, santé et droits reproductifs, et l’internet féministe. 

Mukami Marete

« Mon rêve est que les mouvements féministes noirs puissent s’organiser en sachant qu’ils seront soutenus sur le long terme. Parce que les problèmes ne vont pas disparaître de sitôt. »

Forte d’une longue et vaste carrière militante de 18 ans, Mukami a travaillé à l’intersection du développement organisationnel, des droits humains et de la justice sociale, et sa carrière s’est particulièrement concentrée sur le ressourcement des organisations pour, et par, les personnes LGBTIQ et les travailleurs du sexe. 

Elle est actuellement co-directrice exécutive de UHAI EASHRI, l’Initiative pour la santé et les droits sexuels en Afrique de l’Est, un fonds militant pour les LGBTIQ et les travailleurs du sexe. Mukami est également membre du conseil d’administration de : Global Philanthropy Project, du Réseau de philanthropie d’Afrique de l’Est, du Conseil du Réseau africain de philanthropie et du Sex Worker Donors Collaborative.

Yannia Sofia Garzon Valencia

En tant que femme noire et tisseuse de communauté, Yannia a travaillé pendant neuf ans en Colombie avec le Processus des communautés noires. Entre 2013 et 2017, elle a investi son temps dans la coordination et l’animation de plusieurs espaces de formation pour les jeunes et les femmes. La mobilisation des femmes noires pour quelles s’occupe de leur vie et des territoires ancestraux reste parmi ses plus grandes écoles de formation politique 

Yannia a fait partie des équipes méthodologiques et de négociation du mouvement noir et du mouvement populaire, et elle est également animatrice d’ateliers et conférencière dans de nombreux espaces locaux, nationaux et internationaux. Elle s’est concentrée sur les processus organisationnels des femmes noires qui proposent et réalisent des réalités et des pratiques antiracistes et politiques centrées sur les soins de vie.

Kym Oliver

Kym est Écrivain, Oratrice, Conférencière experte, Aficionado du sexe et des rencontres, Critique gastronomique végétalienne évaluée par des pairs, Consultante et bavarde  professionnelle, avec une liste internationale et diversifiée de crédits dans les espaces académiques, corporatifs et médiatiques. Notamment l’Université d’Oxford, la NASA, les sociétés Estee Lauder, l’UNFPA, la BBC et AJ+. Kym est également la « Déesse officielle » de The Triple Cripples – une plateforme dédiée à la mise en lumière des récits et à l’augmentation de la visibilité des femmes noires et des personnes non binaires vivant avec un handicap. 

Penseur queer, noir, montserratien et ghanéen, 1,80 m, Kym utilise les pronoms Ils/Elles comme un rejet des binaires suprématistes blancs et pour honorer les ancêtres de toutes les expressions, qui vivent de manière vibrante dans l’ADN de Kym et sont célébrés à travers l’existence de Kym. Avec pour mission de créer les recherches nécessaires pour servir et protéger toutes les femmes et tous les enfants noirs du monde, Kym est déterminée à être le changement qu’elle souhaite voir. Elles se consacrent à éclairer leur « expérience vécue » d’une condition à long terme à plusieurs variables ; en examinant ses effets psychologiques, émotionnels, pratiques, sociaux, culturels, spirituels, structurels et interpersonnels, afin de créer un plan pour un avenir plus équitable pour notre planète. 

Créatrice aux multiples facettes, grande amatrice d’Anime et espoir de méchant de Nollywood – Kym passe d’innombrables heures à fixer un écran pour parler à un futur public invisible. Ironiquement, il s’agit d’un Entraîneur personnel qualifié et d’un Coach en Santé Intégrative, qui passe la plupart de ses journées allongé au lit, à se sentir mal et à se promettre que « demain » sera le jour où il « mangera mieux et ira à la salle de gym »…

Nos champions

Deborah Holmes

C’était son Energie, son affinité pour la musique et sa joie qui ont fait le bonheur de tous ceux qui ont eu la chance de travailler avec Deborah. Elle était une confidente, tenait tout en compte dans ses réflexions, et une voix qui veillait à ce que l’intersection de la race et du genre soit toujours au premier plan.

Deborah a toujours cherché à épauler les autres et à réparer les injustices dont sont victimes les femmes, en particulier les femmes de couleur. Ancienne journaliste d’investigation, Deborah a passé la dernière décennie au Fonds mondial pour les femmes et au Women’s Funding Network, où elle a travaillé à faire progresser la justice et l’égalité pour les femmes dans le monde entier.

Lire la suite

Elle a rejoint le cercle consultatif du Black Feminist Fund en 2014 et est devenue une championne de ce travail.

Son énergie était contagieuse. Rien ne pouvait arrêter Deborah quand elle entreprenait une mission. Elle a encouragé les organisations et les individus à adopter le changement et à réfléchir différemment. Elle jetait aux gens le défi de faire mieux et d’envisager un meilleur avenir. Les questions de justice entre les personnes lui tenaient profondément à cœur et elle ne cherchait pas à être diplomate en dénonçant l’injustice raciale. Derrière la force de caractère de Deborah se cachait également une profonde compassion, une grande prévenance et une grande gentillesse.  

Malheureusement, Deborah est décédée en 2018 avant d’avoir pu voir le BFF s’épanouir. Nous perpétuerons la mémoire de Deborah le long de ce voyage.

Phumzile Mlambo-Ngcuka

Quand Phumzile était une jeune fille en Afrique du Sud, elle a vu de ses propres yeux ce que les femmes intrépides pouvaient faire. Depuis lors, elle a consacré sa carrière aux questions de droits humains, d’égalité et de justice sociale, tant dans le secteur public que privé. Elle a déclaré 2020 « Une année pour les femmes », avec sa « Campagne pour l’égalité des générations ».  

Elle a rejoint l’ONU Femmes en tant que directrice exécutive en 2013, et sous sa direction, cette organisation a considérablement accru son influence au sein, et en dehors, du système de l’ONU, étendu ses partenariats et plus que doublé sa taille et ses revenus.

Lire la suite

Ayant récemment achevé son deuxième et dernier mandat aux Nations Unies, on se rappellera d’elle comme d’une fervente partisane d’un système des Nations Unies plus cohérent, responsable et coordonné, travaillant de concert pour atteindre l’égalité des sexes. 

Elle a brisé des barrières et cassé des plafonds de verre. Elle est convaincue que lorsqu’on crée des opportunités pour les femmes, on relache en fait une force du bien. La vie lui a appris que le travail avec les femmes apporte un pouvoir supplémentaire qui rend le monde meilleur.

Pin It on Pinterest

Aller au contenu principal